Interview Marion Grossi, stagiaire à Digimood au pôle SEO

Marion Grossi

Après six mois passés au sein de Digimood, notre stagiaire répondant au doux prénom de Marion a bien voulu se prêter au jeu de l’interview. Intégrée au pôle SEO de l’agence, son rôle était d’assister la mise en place et le déploiement des stratégies de contenu pour les clients de l’agence. Feedback en questions / réponses :

Marion Grossi

Comment as-tu trouvé l’agence Digimood ?

J’ai beaucoup aimé travailler avec l’équipe de Digimood. Je considère que les membres de cette agence sont à la fois chaleureux mais aussi très professionnels. J’ajouterais que la convivialité qui règne au sein de cette agence SEO de taille humaine permet de réaliser son travail dans de bonnes conditions. On ressent clairement l’ADN digital de Digimood au quotidien.

Pourquoi avoir choisi Digimood ?

J’ai d’abord cherché des agences de communication ou des annonceurs à Marseille qui pouvaient vraiment m’intéresser dans le cadre de mon stage de fin de master au Magistère Journalisme et Communication des Organisations (MJCO). Je me suis donc intéressée à différents types de postes plutôt axés sur la communication. A l’issue d’une première phase de recherche, mon choix s’est arrêté sur Bouches-du-Rhône Tourisme et sur l’agence Digimood. A l’issue de deux entretiens qui se sont révélés fructueux, j’ai considéré le stage chez Bouches-du-Rhône Tourisme très intéressant. Néanmoins, j’ai fini par choisir Digimood car l’agence avait l’avantage de me proposer un stage qui semblait très formateur et qui offrait de nombreuses opportunités.

Quelles étaient tes missions durant tes 6 mois de stage ?

Mes missions étaient multiples mais elles avaient toutes pour objectif l’acquisition de nouvelles compétences dans le domaine du référencement naturel (SEO). Au fur et à mesure, de plus en plus de missions m’ont été attribuées. Si au départ j’étais essentiellement chargée de la rédaction web d’articles pour les sites clients (ce qui m’a permis de mettre en application mes connaissances en journalisme), j’ai pu apprendre comment optimiser les stratégies de contenus web. Cela comprenait notamment la création de guides, l’élaboration de briefs pour les rédacteurs web, les commandes, la relecture avec tout ce que cela comprend, l’échange de liens , linkbaiting, mais aussi un peu de community management. J’ai même pu toucher à la communication évènementielle lors du Shake event 2015.

Quelles sont selon toi les qualités requises pour faire un bon stage dans le service SEO ?

La première difficulté qui peut être rencontrée lorsqu’on est stagiaire dans un service SEO est l’immense variété des sujets à traiter. Il est donc indispensable d’être très polyvalent, adaptable et curieux de nature. Il est ensuite essentiel lorsqu’on travaille en agence de savoir faire face à la pression. L’objectif est de savoir allier rapidité et qualité, ce qui n’est pas toujours aussi simple qu’il n’y paraît. Je considère aussi comme crucial le fait de garder constamment son sens critique sur le web. Et je parle ici aussi bien des erreurs que l’on peut trouver sur la toile que des corrections à apporter aux contenus rédigés par les rédacteurs. C’est pourquoi un travail journalistique s’impose. Enfin, chaque membre de l’agence, y compris un stagiaire, doit selon moi réussir à garder son esprit d’équipe même lorsque tout ne se passe pas comme prévu.

Après ces 6 mois, l’image que tu avais de l’agence colle-t-elle à la réalité du quotidien ?

Comme je le disais tout à l’heure, il est clair que l’adaptabilité, l’efficacité et l’esprit d’équipe sont des éléments clefs au sein d’une agence. Et tout cela s’est avéré vrai au fil des mois. Ensuite, je savais qu’il y aurait sûrement plus de pression que chez l’annonceur mais aussi que j’apprendrai beaucoup de choses et qu’il y aurait plus d’opportunités à l’issue du stage. Je peux dire aujourd’hui que je ne me suis pas trompée et je ne regrette pas mon choix.

Quel est ton meilleur souvenir à Digimood ?

J’aurais vraiment du mal à ne citer qu’un seul souvenir. Je me souviens des moments où j’étais penchée sur l’ordinateur à deux écrans de Julien, Nicolas ou Guillaume et qu’ils m’apprenaient des « trucs SEO » de manière bienveillante. Je me remémore les bonnes parties de rigolades avec les balles Digimood ou en fin de soirée avec le pôle SEO. Je me rappelle la surexcitation et l’agitation dans les salles noires du Laser-Game de Plan de Campagne lors d’une sortie digimoodienne… ou encore des « barbeuc » organisés sur la terrasse de Digimood pour le départ de stagiaires.

Conseillerais-tu Digimood à d’autres étudiants ?

Oui bien-sûr, s’ils souhaitent s’orienter vers la communication web qui offre des débouchés et s’ils possèdent les qualités requises. Il faut aussi que l’équipe reste toujours aussi accueillante et à l’écoute des stagiaires. Cela permet de susciter de l’enthousiasme au travail et de renforcer la cohésion au sein de l’agence. Il ne faut d’ailleurs pas oublier qu’ils peuvent devenir, plus tard, des contacts professionnels.

Es-tu présente sur le web ?

Oui, évidemment. Lorsqu’on est passionné par la communication mais aussi par le journalisme, on est naturellement présent sur plusieurs réseaux sociaux. D’un point de vue professionnel, vous pourrez me retrouver sur Twitter, LinkedIn ou Viadeo par exemple.

As-tu trouvé du travail à l’issue de ce stage ?

Oui, je tiens ici à remercier Arnaud Lassaigne et Julien Ringard pour m’avoir mis en relation avec Speedway en raison du travail que j’ai fourni sur le projet. Il s’agit d’une société spécialisée dans la vente d’accessoires moto et scooter. Après un entretien et un test concluants, j’ai trouvé le challenge intéressant et la directrice m’a proposé d’intégrer l’équipe. Grâce à mon CDI, je pourrai ainsi m’occuper de développer la stratégie digitale du client en collaborant avec Digimood.