,

Référencement: Google présente Panda

Panda Google

Google lutte dans une guerre sans fin contre les sites qu’il juge nuisible, et pousse sans cesse les chargés de référencement à revoir leurs méthodes de travail qui deviennent de plus en plus complexes !

Dominant en France, un peu moins aux États-Unis, Google cultive au quotidien son leadership de la recherche sur Internet, et fait tout ce qui est en son pouvoir pour débarrasser son moteur des résultats superflus. C’est ainsi qu’est né Panda. Lancée en février 2011, la plus grosse mise à jour de son algorithme de classement a d’abord provoqué la chute des fermes de contenu puis de la plupart des sites constituant une entrave à son business.

Sans pour autant susciter la peur des spécialistes en référencement, Panda a progressivement fait prendre conscience à tout le monde que sa nourriture favorite n’était non pas le bambou, mais plutôt du contenu et des liens de qualité. De plus, Google a aussi annoncé qu’il partait en guerre contre les plateformes de communiqué de presse (leur but étant effectivement de permettre la création de liens, et non de jouer le rôle d’intermédiaire entre les internautes et les sites recherchés).

Quels recours envisageables pour les référenceurs ?

La première solution, consiste à gérer avec prudence votre netlinking. Polluer le web de textes dupliqués contenant chacun plusieurs liens optimisés, c’est se jeter dans la gueule du loup. Sollicitez plutôt un rythme de publication basé sur la régularité et réduisez la création de backlinks à deux ou trois liens par article. Le tout sur des ancres à la fois optimisées et techniquement inintéressantes, du style « cliquez-ci » ou « en savoir plus ».

Faut-il maintenant solliciter les annuaires de référencement ou de simplement les structurer comme ces-derniers ? Les articles sont soumis dans une même rubrique et sont reliés entre eux par un ou plusieurs liens. Ce qui n’est pas le cas des CP, d’où le fait que Google les a pris en grippe.