Netlinking : connaître vos sites référents

Dans le cadre d’un benchmark concurrentiel portant sur le netlinking de la popularité d’un site, il est important pour vous de connaître les sites référents de votre propre domaine, mais aussi ceux de vos concurrents. Voici quelques conseils pratiques pour connaître avec plus de précision les domaines référents que vous pouvez identifier.

Des outils pour identifier les domaines référents d’un site

La meilleure solution pour connaître les sites référents du domaine de votre choix ? Utiliser les nombreux outils qui offrent une telle fonctionnalité. Nous pouvons citer, entre autres références, Majestic SEOMoz Pro ou Ahrefs.

SEMRush, véritable couteau suisse pour les référenceurs, propose aussi sa solution d’analyse des liens retours. Moins complète en termes de données qu’un Majestic, elle constitue une bonne base de départ.

domaines-referents

Un exemple de visualisation des domaines entrants sur SEMRush

En testant une dizaine de sites leaders sur votre marché, vous obtiendrez une liste signifiante de domaines référents, ou si vous préférez de sites qui parlent de sites similaires au vôtre.

Ces outils sont payants et sont généralement coûteux (abonnements de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d’euros par mois). Une agence digitale comme Digimood possède, dans sa toolbox, des abonnements à des outils complémentaires pour réaliser ses analyses.

Sites référents : séparer le bon grain de l’ivraie

Tous les sites ne se valent pas. Quand vous réalisez un benchmark concurrentiel, vous devez sélectionner uniquement les sources de liens pertinentes pour votre propre site. Pour cela, plusieurs points sont à considérer :

  • la thématique : les sites d’une thématique proche de la vôtre sont les plus pertinents
  • le ranking : un site bien positionné, sans variations brutales de son SEO, est un site référent de confiance. Utilisez Yooda Insight ou SEMRush pour visualiser l’évolution du positionnement
  • la nature du site : il peut s’agir d’un site ecommerce, d’un blog, d’un magazine en ligne, d’un city guide ou d’un annuaire, etc… Les sources de liens purement SEO, comme les annuaires ou les sites de communiqués de presse (ou publications d’articles) sont en perte de vitesse.
  • les indicateurs de confiance : vous pouvez vous appuyer, sans y accorder une confiance aveugle, sur les scores synthétiques produits par certaines solutions, comme le Trust Flow et le Citation Flow de Majestic SEO.
  • les indices inclus dans les attributs REL (anciennement directives) que sont : nofollow, sponsored et ugc.

Vous pourrez ainsi, non seulement connaître la physionomie type des profils de liens de votre secteur d’activités, mais aussi trouver des idées de sites référents en vous appuyant sur votre analyse.

Tous les domaines référents ne se valent pas


Découvrez aussi :


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X