DigiWatch Janvier 2021 : veille SEO SEA SMA

Que s’est-il passé en janvier 2021 dans le petit monde du marketing digital ? Découvrez les actualités et ressources à ne pas manquer avec la DigiWatch !

DigiWatch janvier 2021

LA VEILLE SEO

Le mois de janvier a été riche en actualités pour le référencement naturel, avec de bonnes (ou moins bonnes) surprises pour de nombreux éditeurs de sites.

Plusieurs clients Digimood dans le TOP des meilleures progressions SEO de 2020

Chaque année, Sistrix publie son palmarès des sites web français qui ont le plus progressé sur les douze derniers mois. L’IndexWatch 2020 met à l’honneur trois clients de Digimood :

Jules

La marque de prêt-à-porter, avec une progression de 195 %, s’impose à la 56e place. Les actions conjointes en SEO technique, contenu, netlinking, et la relation étroite qui a été nouée avec les équipes digitales au sein de Jules expliquent ce succès.

logo-Jules-L
SantéVet

Le leader de l’assurance santé pour animaux de compagnie nous confie son référencement naturel depuis déjà plusieurs années. Cette 113e place obtenue en 2020 est d’autant plus satisfaisante qu’elle témoigne de la consolidation d’une visibilité déjà élevée il y a douze mois, et qui a encore progressé de près de 125 %.

logo-santevet
Marc Orian

Le bijoutier a renforcé considérablement sa présence en ligne, avec une progression de  101,5% de son référencement naturel qui lui vaut la 164e place. Cette visibilité a apporté un relais de croissance indispensable en 2020, en accompagnant et soutenant le développement du chiffre d’affaires grâce à la vente e-commerce.

Marc-Orian-Logo

La fin des sites en Flash sur Google Chrome

Pour continuer cette première veille de l’année 2021, opérons ensemble un retour dans le passé, “un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître”, en revenant sur une annonce réalisée par Google il y a maintenant près de 30 mois :

We will remove Flash completely from Chrome toward the end of 2020.

Google
25 juillet 2017

L’utilisation d’Adobe Flash Player a profondément marqué Internet  durant toutes les années 2000. Grâce à cette technologie, de nombreux éditeurs ont pu créer des sites dynamiques,  aux animations et au design soignés, avec une interactivité poussée. Les difficultés liées au référencement d’un site en Flash étaient le plus souvent contournées par la création d’une copie du site en HTML.

Mais l’évolution du HTML5 et du CSS3, le développement du JavaScript et d’autres technologies ouvertes ont apporté des réponses plus adaptées aux attentes des webmasters et des utilisateurs. Pourquoi produire encore un site en Flash, qui risque de ne pas être accessible sur tous les navigateurs ne disposant pas d’une version à jour d’Adobe Flash Player, quand des frameworks ou des logiciels de gestion de contenu proposent des solutions plus évolutives, plus ouvertes, mobile-friendly, optimisées pour le SEO et compatibles avec tous les navigateurs ?

Cette mort était annoncée et attendue. Nous lui rendons aujourd’hui hommage avec un brin de nostalgie, mais aussi de soulagement : plus aucun webmaster ne contactera un référenceur pour lui demander de positionner son site en Flash !

Google apporte une clarification sur l’indexation mobile-first

Il existe trois solutions pour créer des sites mobile-friendly :

  1. le responsive web design repose sur une seule URL et un seul code source, avec une mise en forme du contenu et des éléments de navigation qui s’adaptent au terminal utilisé. C’est la solution recommandée par Google.
  2. la diffusion dynamique s’appuie sur l’envoi de codes HTML et CSS différents en fonction du type de terminal utilisé, et demande une gestion complexe des agents utilisateurs
  3. la version mobile distincte consiste à proposer deux URL pour un même contenu, avec un code source optimisé mobile et un code source optimisé desktop

Dans le cas des versions distinctes, l’éditeur du site doit préciser l’autre version disponible. Depuis de nombreuses années, Google recommande la méthode suivante : 

Sur la version desktop, on ajoute entre les balises <head><head> une balise <link> avec un attribut alternate.

Par exemple, sur la page https://www.boulanger.com :

<link rel=”alternatehref=”https://m.boulanger.com/” />

Sur la version mobile, on ajoute entre les balises <head><head> une balise <link> avec un attribut canonical.

Par exemple, sur la page https://m.boulanger.com :

<link rel=”canonicalhref=”https://www.boulanger.com/” />

Or, avec l’arrivée du Mobile-First, la version de référence (ou version “canonique”) est censée être la version mobile. Faut-il alors inverser l’ordre des balises <link>, en désignant l’URL de la version mobile comme l’URL de la version de référence ?

John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google, a tranché la question en janvier 2021 en précisant que le Mobile-First n’apporte aucun changement à ce niveau : vous devez continuer à désigner l’URL Desktop comme la version canonique, et l’URL mobile comme la version alternative. 

if you have separate mobile URLs (with rel-alternate / rel-canonical links), with mobile first indexing you *don’t* need to change anything.

John Mueller
18 janvier 2021

Ce choix peut sembler contre-intuitif d’un point de vue technique, mais s’explique aisément sous un angle pragmatique : un changement de paradigme serait suivi par une mise à jour très progressive des sites, entraînant des confusions et des difficultés de traitement par les algorithmes de Google. Ne pas changer les règles est bien plus simple et confortable pour tout le monde.

Un extrait enrichi FAQPage de moins en moins présent

Les données structurées permettent de bénéficier d’une visibilité renforcée en première page de Google, grâce au déclenchement des extraits enrichis (rich snippets). 

La FAQpage, notamment, permet d’afficher en première page de Google une série de questions et réponses, et d’occuper ainsi une place plus importante dans la liste des résultats. Reposant sur des données structurées faciles à déployer, la FAQPage s’est imposée comme un “must have” pour de nombreux éditeurs de sites et elles ont fleuri sur Internet.

Il semblerait que Google ait décidé de mettre un terme à cette course aux foires aux questions, en intégrant dans sa mise à jour de décembre une diminution de la fréquence d’affichage accordée à ce type d’extrait enrichi.

Source : RankRanger.com

LA VEILLE SEA

Google ne cesse d’innover et propose sans cesse de nouvelles fonctionnalités pour vos campagnes publicitaires. Petit tour d’horizon des informations disponibles.

La fonctionnalité Explications disponible pour les campagnes au CPA sur le réseau de recherche

L’optimisation fine de vos campagnes passe forcément par une étape d’analyse et de compréhension de l’évolution de vos performances. Mais entre corrélation et causalité, il est parfois difficile de s’y retrouver. La fonctionnalité Explications permet de comprendre en un clic et quelques secondes les raisons qui justifient une variation à la hausse ou à la baisse de vos performances. Elle vous sera d’une aide précieuse.

Nous [ndlr : Google] étendons la fonctionnalité Explications aux campagnes sur le Réseau de Recherche utilisant le CPA cible.

Google
16 décembre 2020

Vous pourrez notamment l’utiliser dans les deux situations suivantes :

  • pour comparer deux périodes d’une durée égale, uniquement sur les 90 derniers jours
  • pour comprendre les campagnes qui affichent une forte variation

Le passage des annonces Gmail en lecture seule pour l’été 2021

Les campagnes publicitaires Gmail ne seront accessibles qu’en lecture seule à partir du 1er janvier 2021. Il ne sera plus possible de créer de nouvelles campagnes, ou de modifier les campagnes existantes.

Vous communiquez sur Gmail ? Vous pourrez toujours diffuser des annonces sur la messagerie de Google en créant une campagne Discovery. Vous pourrez ainsi élargir votre audience à d’autres plates-formes, à commencer par YouTube et Discover. Vous pourrez ainsi toucher plus de trois milliards d’utilisateurs dans le monde !

L’exclusion des données élargie à tous les comptes

Grâce aux stratégies d’enchères intelligentes, les algorithmes de Google Ads utilisent les conversions et les données de valeur de conversion pour vous offrir des campagnes plus agiles et plus performantes. Mais certains annonceurs rencontrent des difficultés dans le suivi des conversions. La suppression involontaire d’un Tag, par exemple, peut fausser le suivi des conversions.

Avec la fonctionnalité d’exclusion des données, vous pourrez exclure de façon sélective les données affectées par une erreur (comme un tag manquant), et permettre aux algorithmes de fonctionner normalement et maintenir votre niveau de conversion.

Vous pouvez configurer vous-même vos exclusions de données en vous rendant sur l’icône Outils, section Bibliothèque partagée, Stratégies d’enchères, Contrôles avancés et Exclusions de données. Vous êtes client Digimood ? Faites le point avec votre consultant référent !

L’arrivée de la page Insights en version bêta

Afin de mieux identifier les tendances du marché et comprendre ainsi plus finement et plus en profondeur vos performances, vous pouvez vous appuyer dorénavant sur la page Insights.

Vous obtenez tout d’abord des tendances adaptées à votre entreprise, qui prennent en compte les services et les produits sur lesquels vous communiquez grâce à Google Ads.

Vous pouvez aussi analyser vos performances pour chaque insight, et bénéficier d’informations très détaillées et d’idées d’opportunités.

Vous appliquez ensuite les recommandations, qui peuvent être facilement déployées grâce à la fonctionnalité idoine.

  • Obtenez des insights adaptés à votre entreprise : la page “Insights” répertorie des tendances sur Google qui sont pertinentes pour les produits et services dont vous faites la promotion.
  • Analysez vos performances : examinez chaque insight pour obtenir des informations détaillées sur les performances de votre compte et de nouvelles opportunités potentielles. 
  • Appliquez les recommandations : les insights sont intégrés aux recommandations du compte. Il est donc facile de les appliquer. 

Veille SMA

L’édition de janvier 2021 de la DigiWatch intègre une veille SMA : découvrez les nouveautés autour du social media advertising !

Une modification des paramètres de fenêtre d’attribution sur Facebook

Apple lance en 2021 l’App Tracking Transparency (ATT), conduisant Facebook à s’adapter. Les annonceurs qui communiquent sur Facebook et Instagram et qui ont recours aux fonctionnalités de ciblage, d’optimisation et d’établissement de statistiques à partir d’événements web devront accepter des restrictions autour du partage des données.

La fenêtre d’attribution au niveau du compte sera remplacée par un nouveau paramètre d’attribution qui concernera l’ensemble des publicités accessibles pendant la création de la campagne (Optimisation et diffusion). Une colonne Paramètre d’attribution permet dorénavant aux annonceurs de voir le paramètre utilisé pour les rapports de résultats publicitaires.

À l’exception des campagnes d’installation d’applications sous iOS 14, le nouveau paramètre d’attribution permet la prise en charge des fenêtres suivantes  :

  • Un jour pour les clics
  • Sept jours pour les clics (valeur par défaut après la mise en application du mécanisme)
  • Un jour pour les clics et pour les vues
  • Sept jours pour les clics et un jour pour les vues (valeur initiale par défaut)

Vous avez des questions ? Faites le point avec votre consultant !