Entrepreneurs et digital : 6 idées reçues à combattre

Du 14 au 22 novembre 2019, c’est la semaine de l’entrepreneur européen ! Vous avez un projet de création ou de reprise ? Vous venez de lancer votre entreprise ? Internet est aujourd’hui incontournable : d’après une étude Mediametrie publiée en août 2019, 83,9% de la population française est connectée à Internet, ce qui donne le chiffre impressionnant de 52,6 millions d’internautes. Pour autant, certains entrepreneurs hésitent encore à intégrer le web à leur plan de communication dès le lancement de leur projet, le plus souvent à cause de certains préjugés provoqués par une certaine méconnaissance des médias digitaux. Digimood vous aide à intégrer le digital dans votre projet entrepreneurial, en faisant le point sur les principales idées reçues !

1. Le marketing digital, c’est compliqué

La première idée reçue est un sentiment de complexité face aux différents leviers offerts par le marketing digital. Site Internet, applications mobiles, publicité digitale, retargeting, Google Ads, Facebook, Insights, Ad-exchange, Data onboarding… Le jargon volontiers employé par les professionnels du web peut rebuter les moins préparés d’entre vous. Mais derrière cette complexité apparente se cache en réalité de grands principes simples à appréhender pour n’importe quel entrepreneur, pour peu qu’un travail de pédagogie et d’accompagnement soit réalisé.  La première question est celle d’une présence pérenne, qui passe essentiellement par :

  • la création d’un site Internet
  • des comptes sur les réseaux sociaux
  • le lancement d’une application mobile

Le site Internet et la création de comptes sur les réseaux sociaux sont généralement les premières étapes de votre stratégie de marketing digital. Une agence sérieuse accompagnera l’entrepreneur dans son projet de création de site en listant ses besoins et objectifs, et en les traduisant en fonctionnalités. Un travail pédagogique permettra de saisir les enjeux de cette stratégie et d’expliciter les différents concepts. La visibilité est l’autre grand volet du marketing digital. Elle consiste en des actions destinées à multiplier les points de contact pour toucher un plus grand nombre de clients potentiels ou fidéliser sa clientèle actuelle :

  • des actions de référencement naturel pour ressortir parmi les premiers résultats sur les moteurs de recherche;
  • des publicités en ligne qui renvoient le plus souvent vers le site Internet de l’entrepreneur;
  • l’achat d’une présence ou d’une mise en avant sur des guides locaux (Yelp, Tripadvisor…);
  • une présence sur des marketplaces;
  • des envois de mails à des clients ou prospects;

Derrière chaque terme technique se cache en réalité un concept simple à aborder et assimiler.

Comprendre le retargeting en une minute

Un professionnel de la publicité digitale vous propose une solution de retargeting ? Derrière ce terme un peu abscons se cache une logique simple à comprendre. En effet, le reciblage publicitaire consiste à proposer ses publicités à une audience spécifique, qui a accompli par le passé une action particulière : internautes qui ont déjà visité votre site web, qui ont déjà recherché un produit ou une prestation que vous proposez…

Premier exemple : Vous lancez une entreprise de produits sans gluten ? Vous pouvez cibler uniquement les internautes qui ont déjà effectué des recherches en ligne autour du sans gluten ou qui visitent régulièrement des sites proposant des produits sans gluten.

Deuxième exemple : Vous souhaitez fidéliser votre audience ou votre clientèle ? Vous pouvez cibler uniquement des internautes qui ont déjà visité votre site web ou qui ont déjà acheté chez vous.

Prenez le temps de vous former aux fondamentaux du marketing digital, en découvrant par exemple les Ateliers Numériques de Google, ou en consommant vos droits à la formation. Vous pourrez acquérir une culture générale numérique, et vous découvrirez les grands principes qui régissent le marketing digital, au-delà d’un jargon parfois rebutant.

2. Le marketing digital est onéreux

Le prix est souvent un argument avancé pour écarter le marketing digital dans une phase initiale d’un projet de création ou de reprise d’entreprise. Si les entrepreneurs portant un projet 100% digital sont prêts à investir massivement, un entrepreneur désireux de créer une activité physique, implantée localement, peut redouter d’investir des sommes conséquentes dans un site web, du référencement naturel ou des publicités en ligne. Pourtant, la création d’un site web peut être abordable. La création de comptes sociaux peut même être entièrement gratuite et ne demande alors que du temps : lancement d’une page Facebook, revendication d’un compte Google My Business… Tout dépend en réalité de la place du marketing digital dans votre projet entrepreneurial, ainsi que de votre secteur d’activités, du contexte géographique ou encore de l’intensité concurrentielle. Un site non optimisé, réalisé avec une solution SaaS (solution accessible en ligne par abonnement), est suffisant pour fournir une présentation commerciale aux clients qui ont déjà entendu parler de vous (prospectus, bouche-à-oreille, publicités…), mais ne sera que très peu visible et ne vous fera pas forcément gagner de nouveaux clients : il s’agira plutôt d’un facteur de réassurance. De même, une campagne Google Ads gérée en interne ne vous coûtera que vos dépenses publicitaires, mais sera bien moins performante que des campagnes gérées par une agence Google Partner Premier. Pour une stratégie gagnante en marketing digital, sur un territoire national ou international ou sur un marché concurrentiel, vous devrez passer par des professionnels compétents et expérimentés : le coût de cette expertise est parfois conséquent, mais vous bénéficierez d’un bien meilleur retour sur investissement.  

3. Le retour sur investissement est aléatoire

Pour repousser dans le temps la mise en place d’une stratégie digitale ambitieuse, certains entrepreneurs expriment leurs doutes quant à la rentabilité de telles actions de communication. Ce qui était peut-être vrai il y a 25 ans ne l’est plus aujourd’hui. Le monde du marketing digital s’est structuré, avec des professionnels de mieux en mieux formés, des méthodologies éprouvées et des outils de plus en plus performants. Des outils de mesure permettent de déterminer avec précision les retombées d’un site web. Un entrepreneur qui crée une entreprise artisanale peut par exemple connaitre l’audience de son site web, mesurer le nombre de contacts obtenus grâce à son site Internet, ses comptes sur les réseaux sociaux, mais aussi les appels obtenus grâce au site s’il le souhaite. Des solutions publicitaires comme Google Ads ou Facebook Ads proposent de nombreux indicateurs qui permettent de mesurer avec précision l’impact d’une campagne en terme de notoriété ou de conversions. Ces données sont facilement accessibles en ligne et permettent de mesurer un retour sur investissement avec une précision bien supérieure à celle offerte par des campagnes média traditionnelles. Les leviers considérés à tort par certains comme aléatoires, comme le référencement naturel, offrent en réalité une forte stabilité si vous passez par des professionnels compétents : agence SEO, développeurs web… Des actions SEO propres, qui respectent les guidelines de Google, n’ont aucune raison de provoquer  une instabilité à long terme.

Le secret : dimensionner sa stratégie à ses ressources

Pour un retour sur investissement optimal, vous devez adopter une stratégie digitale dimensionnée à vos ressources et vos objectifs. Focalisez-vous sur le territoire de votre marque (cible commerciale, zone géographique…) et mettez en avant vos atouts, valeurs ou engagements. Une stratégie de marketing digital adaptée à votre problématique vous assure dans l’immense majorité des cas un retour sur investissement positif, transformant une charge en levier de développement et de croissance.

4. Un levier chronophage pour des retombées tardives

Un projet de création d’entreprise se traduit souvent par des phases d’euphorie suivies de moments de doute, et par le sentiment constant d’avoir tant à faire pour avancer au rythme que l’on s’était fixé. Dans un agenda souvent très chargé, le marketing digital peut sembler à la fois chronophage et porteur d’attentes à trop long terme pour être intéressant. Pourtant, intégrer le marketing digital au plus tôt de son projet est essentiel pour profiter de tout son potentiel. Les questions que vous vous poserez pour la création de votre site web ou de vos comptes sociaux recoupent en réalité des problématiques abordées dans votre business plan : cible commerciale, prestations proposées, modèle économique, objectifs prioritaires et secondaires… Réfléchir à votre stratégie digitale en amont vous fera même parfois gagner du temps, en mettant le doigt sur d’éventuelles pierres d’achoppement. Intégrer rapidement les différentes composantes du marketing digital vous mettra à l’abri de certaines erreurs et vous fera gagner un temps précieux. Par exemple, faire appel à une agence spécialisée en SEO dès la création de votre site web est essentiel pour éviter des erreurs techniques ou une mauvaise stratégie de contenu susceptibles de vous priver durablement d’une visibilité sur les moteurs de recherche.

5. Être présent en ligne peut être dangereux pour votre image

La méconnaissance du marketing digitale provoque aussi, chez certains entrepreneurs, une peur irrationnelle pour leur image de marque. Communiquer sur Internet, pour ces porteurs de projet ou jeunes d’entreprises, prêterait le flanc aux critiques et avis négatifs de nombreux consommateurs. Fidèles à l’adage “pour vivre heureux, vivons cachés”, ils préfèrent ne pas communiquer pour éviter d’attirer l’attention sur eux, misant sur le bouche à oreille, le réseau professionnel ou des canaux de communication à sens unique. Des consommateurs mécontents, déçus par vos produits, votre prestation ou votre service commercial trouveront forcément des moyens de s’exprimer en ligne :

  • sites d’avis listant toutes les entreprises
  • réseaux sociaux
  • création de blogs
  • forums de discussion

Connaissez-vous le concept de RONI, ou Risk Of Non Investment ? Refuser d’être présent sur Internet ne signifie pas qu’on ne dira jamais de mal de votre entreprise, mais que vous serez bien incapable de mesurer l’ampleur et la tonalité des échanges autour de votre marque.. Vous pourriez perdre de nombreux clients sans même le savoir. Alors qu’en menant une stratégie digitale active, vous pourrez prendre connaissance des critiques, répondre aux internautes mécontents et exploiter ces avis négatifs pour vous améliorer. Le risque de non investissement est toujours élevé dans le digital.

6. Le digital ne me concerne pas !

– “Mes clients n’utilisent pas Internet” – “On travaille avec le bouche à oreille, dans mon secteur” – “J’ai une activité locale.” … Certains entrepreneurs multiplient les explications pour démontrer qu’ils ne sont pas concernés par le digital. Et pourtant… Aujourd’hui, toutes les activités ont un bénéfice à tirer d’une stratégie de marketing digital. Qu’il s’agisse d’une start-up ambitieuse, d’une boutique de proximité, d’une entreprise artisanale ou encore d’un commerce de bouche, une stratégie digitale dimensionnée à ses besoins aura forcément un impact positif.

Digital : tous concernés ?

Toutes les entreprises sont concernées par le marketing digital, quel que soit leur secteur d’activités. Vous pensez qu’une présence physique dans une zone fréquentée ou un réseau de prescripteurs suffira à assurer votre développement ? Gardez à l’esprit que vos prospects potentiels utilisent Internet pour se rassurer. la présence d’un site web est par exemple un facteur de réassurance qui convainc un passant à pousser les portes de votre établissement, encourage un prospect potentiel qui a entendu parler de vous par un proche à vous appeler.

 

Entrepreneurs, osez intégrer le digital à votre projet !

Le marketing digital est aujourd’hui incontournable ! Quel que soit votre secteur d’activité ou votre modèle économique, le marketing digital s’inscrit dans votre aventure entrepreneuriale et participera à son succès. Vous avez des questions sur vos problématiques SEO, SEA ou SMA ? Ou, si vous préférez, vous souhaitez plus visible sur les moteurs de recherche et sur les médias sociaux ? Faisons le point ensemble !