L’interview de Didier et Rodrigue, les fondateurs de Soumettre.fr

L'interview de Rodrigue et Didier, Soumettre.fr

Didier Sampaolo s’est imposé dans le paysage du développement web par ses compétences. Développeur talentueux, il a récemment fondé avec Rodrigue Fenard Soumettre.fr, une solution en ligne répondant aux deux principales attentes des éditeurs de site qui travaillent leur référencement : le netlinking et la création de contenu. Les deux compères ont accepté de se prêter pour Digimood au jeu des questions / réponses.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Didier : Depuis tout petit, j’ai toujours été fasciné par le fait qu’on puisse expliquer à une machine comment nous rendre service. J’ai compris le concept de programmation grâce aux jeux vidéo, vers mes 6 ans, quand j’ai commencé à apprendre le Basic sur un Amstrad CPC 464… J’ai vite assimilé le fait qu’on pouvait aussi, et surtout, apprendre aux machines à travailler à notre place. Dès le collège, je passais mes nuits à accumuler les langages de programmation : Basic, puis Pascal, et enfin C/C++. Le PHP a été une grosse claque : on pouvait alors faire des sites internet, avoir un écho, une portée. C’est tout naturellement, lorsqu’un ami graphiste a monté sa société, à Nice, que je l’ai rejoint pour assurer le côté “code”. Puis, tout s’est enchaîné et quelques années plus tard j’étais, à Paris, directeur technique pour la branche radio et télé du groupe Lagardère, avant de rentrer au soleil de Marseille pour enfin être à mon compte.

Rodrigue : De mon côté, c’est un peu similaire mais en tant que SEO (… Didier vient de me mettre une tape sur la tête parce que je prononce le mot interdit) j’ai longtemps géré mes propres eCommerce en dropshipping, pour au final tout automatiser et revendre pour me consacrer dans la création de site vitrine et dans le référencement à mon humble niveau en 2012. Je suis parti en agence chez Apikom afin de remplacer Sophie qui a eu un magnifique bébé. Et comme ci on avait voulu anticiper son retour, je me suis fait remarquer chez un des clients de l’agence et recruté en tant que chef de projets web. La collaboration a été un peu compliqué vers la fin suite à une gestion du personnel en interne assez borderline.

Pourquoi vous êtes-vous orienté vers le développement orienté référencement naturel ?

Didier : “Je ne suis pas SEO !!!” 😉 Plus sérieusement, je cherchais de nouveaux challenges quand un ami, après avoir rejoint une agence de référencement (Résonéo pour ne pas les citer) m’a présenté à l’équipe. Ceux-ci m’ont proposé de les rejoindre pour les aider à améliorer leurs outils internes. C’est comme ça que j’ai été initié aux arcanes des moteurs, au scrap, au reporting…  Je me suis vite pris au jeu et là encore, tout s’est enchaîné. J’ai monté mon petit empire de MFA (c’était avant Pingouin). Depuis, je me suis rapproché de la technique (mon premier amour), mais je garde évidemment un oeil sur ce (petit) monde.

Rodrigue : La visibilité est la clé de la réussite sur le web, je ne t’apprends rien. C’est donc tout naturellement qu’il a fallu apprendre à se rendre visible. Le SEA est une chose, mais si on ne couple pas à ça une dose de référencement organique, on passe à côté de quelque chose qui est tout aussi apporteur d’affaires.

Parlez-nous de votre nouveau projet, Soumettre.fr

Didier : C’est Rodrigue qui a lancé l’idée, entre la poire et le fromage. Il était chef de projet chez l’un de mes clients historiques, et manquait de temps pour s’occuper du linking de ses projets perso. Il a eu l’occasion de découvrir sur plusieurs dossiers ma façon de penser : je mets la Machine au service de l’Humain, en le déchargeant des tâches rébarbatives, pour qu’il puisse se concentrer sur des activités plus créatives (“Si un stagiaire peut le faire, un script doit le faire”).

Rodrigue m’a demandé d’appliquer cette manière de penser au SEO, et en particulier au linkbuilding, dans le but de lui faire gagner du temps et d’automatiser au maximum ses process : vérifier les textes, les liens, dédoublonner, publier les fiches sur les annuaires de son réseau, etc.

Rodrigue : Pour le sourcing, nous avons eu l’idée de créer une “liste” de sites et j’ai contacté un à un les webmasters pour leur proposer du fric. En échange, ils devaient nous donner des accès pour qu’on puisse Soumettre (la majuscule c’est une déformation professionnelle).

Didier : Un jour Rodrigue m’appelle et me dit qu’il a trouvé le nom de domaine parfait. De mon côté, je bossais déjà sur un outil pour automatiser le suivi de netlinking. En un quart de seconde, on avait décidé d’ouvrir notre plateforme au public et défini le concept.

Rodrigue : Ce qui nous différencie des autres plateformes c’est le fameux “on s’occupe de tout” auquel je tiens énormément. Au même titre qu’avec une agence, le client peut nous déléguer l’ensemble de la prestation. Je l’ai vécu chez l’annonceur, on n’a le temps de rien. Et en tant que SEO, parfois il est difficile d’expliquer au patron que tu passes ton temps à flâner pour te sourcer…

Soumettre.fr entre-t-il en concurrence avec les agences web traditionnelles ?

Rodrigue : A ce jour oui, car certains clients finaux nous trouvent, MAIS… “Soumettre” n’est pas une agence de consulting. Il m’arrive de refuser des clients, car je ne veux pas faire de Netlinking pour des sites qui ne sont pas prêts. C’est inutile et nous risquons de décevoir le client, qui, chez nous, reste en charge de définir son besoin et sa stratégie (On peut les guider un peu, mais ce n’est pas le coeur du système).

Est-ce qu’on doit optimiser les ancres ? De quels sujets doit-on parler ? Quelles pages cibler ? Le rôle du consultant ou de l’agence SEO reste primordial, et nous n’avons pas l’ambition de le remplacer.

Didier : Par contre, une fois la stratégie établie, j’estime que le consultant à autre chose à faire, de plus intéressant et productif, que remplir des fichiers Excel de reporting. Pendant qu’on s’occupe du “socle de base” en netlinking, il a les mains libres, notamment, pour optimiser le site, améliorer son contenu, négocier des partenariats, toutes ces tâches qu’on aura du mal, pendant encore un moment, à faire faire par une machine…

Rodrigue : Didier et moi profitons donc de cette interview pour annoncer que nous allons nous entourer de partenaires de renom, dont Digimood, afin de rediriger nos clients qui en ont besoin, vers des prestataires en consulting et en développement.

Quelles sont vos ambitions pour ce nouveau défi ? Des idées de développements, de nouvelles fonctionnalités ?

Didier : On veut faire gagner encore plus de temps à nos clients, via Soumettre et ailleurs. 😉
A terme, ils pourront gérer l’intégralité de leurs efforts de linkbuilding au travers de notre plate-forme, en quelques clics. Pour ce faire, ils devront disposer de toutes les informations de cadrage au même endroit : nous sommes par exemple en train de mettre en place un partenariat avec SEMRush qui nous fournira de précieuses données allant dans ce sens, et d’autres sont à l’étude.

En parallèle, nous améliorons notre capacité à fournir des rapports en marque blanche à nos clients Agence, nous mettons en place des outils sémantiques pour aider nos rédacteurs dans leurs recherches de thèmes (génériques) et de mots-clefs (spécifiques), etc. Ce ne sont pas les idées qui manquent ! Nous sommes en train de monter notre service technique pour gagner en vitesse sur nos projets à venir, comme l’a déjà fait Rodrigue avec les rédacteurs de Soumettre depuis nos locaux à Calais.

Rodrigue : En effet, on ne communique pas encore sur les futurs projets, mais on s’est fixé un objectif : celui de faire économiser du temps aux SEO qu’il soit chef de projet en agence ou simplement Freelance. Pour le Netlinking, c’est fait, on passe à autre chose très prochainement. Ça devrait vous plaire.

Pour conclure en beauté, cessons de parler travail. Quel rêve aimeriez-vous absolument réaliser ?

Didier : Je n’ai pas UN rêve en particulier. Je suis fasciné par le côté “disruptif” des nouvelles technologies : dans certains domaines, on nage en pleine science-fiction ! J’ai une admiration sans bornes pour le travail de personnes comme Elon Musk : il part du principe que la méthode traditionnelle n’est pas toujours optimale, et n’a pas peur de casser les codes. Ca mène à de vraies innovations ! Il va falloir que je commence à me pencher sérieusement sur ma petite participation à cette révolution…

Rodrigue : Je vois beaucoup de personnes qui parcourent le monde (je pense à Jean Benoit Moingt qui est encore en train de faire le tour du monde). C’est un projet perso qui me tente bien. Avec la facilité de travail que nous avons, je me vois bien me connecter des quatre coins du monde.