Rel = follow, nofollow, sponsored et ugc

En 2005, le rel=”nofollow” était créé pour permettre aux moteurs de recherche de différencier les liens hypertextes “naturels” (follow) des liens hypertextes “sponsorisés”. Cette valeur peut-être renseignée dans l’attribut “rel” d’une balise de lien (“a”).
En 2019, Google introduit 2 nouvelles valeurs : sponsored et ugc (pour “user generated content”). Nous allons voir dans cet article qu’elles sont les implications de ce qui est pour Google une nouvelle façon d’identifier les liens.

En résumé

  • Les modifications évoquées dans cet article seront pleinement effectives à partir du 1er mars 2020.
  • Google introduit 2 nouvelles valeurs pour l’attribut “rel” sur les liens hypertextes : sponsored et ugc. Ces valeurs seront désormais traitées comme des “indices”.
  • Un lien passant de “follow” à “nofollow” ou “sponsored”, ne sera plus pris en compte pour favoriser le positionnement d’un site.
  • Google présente ces modifications comme un moyen pour les éditeurs de se mettre à l’abris des pénalités pour usage de “systèmes de liens”, et axe sa communication sur l’amélioration des moyens existants pour “dissuader” le spam.

Les liens hypertextes

<a href=”https://www.digimood.com/agence/”>mon ancre textuelle</a>

Ceci est une balise “a”, qui sera interprétée par les algorithmes de Google comme “follow” (comportement par défaut). Les robots de crawl vont donc “suivre” ce lien et les algorithmes le prendront en compte pour le positionnement de la page cible.

<a href=”https://www.digimood.com/agence/” rel=”nofollow”>mon ancre textuelle</a>

Ceci est une balise “a” avec attribut rel=”nofollow”, qui sera interprétée par les algorithmes de Google en tant que tel. Il s’agit de la méthode recommandée par Google pour “identifier les liens sponsorisés ou publicitaires”. Théoriquement, jusqu’au 1er mars 2020 ce lien n’est “pas suivi” par les robots de crawl et les algorithmes n’affectent pas de poids à ce dernier.

Modifications importantes du “nofollow”

Des modifications importantes seront pleinement effectives à partir du 1er mars 2020.

  • Depuis sa création le nofollow était traité comme une “directive“, il s’agit désormais d’un “indice“,
  • Cette “directive” était parfois utilisée pour empêcher les crawlers d’indexer une page. Google a clairement précisé que l’indice “nofollow” ne sera plus un moyen efficace d’y parvenir et que les webmasters devront utiliser “des mécanismes robustes” en remplacement.

Sponsored et ugc : des indices pour qualifier les liens

  • sponsored : Google demande d’utiliser cet attribut pour les liens étant créés dans le cadre d’une publicité, d’un sponsoring ou de tout autre accord présentant une contrepartie,
  • ugc (pour “user generated content”) : est recommandé pour les liens inclus dans des contenus générés par des utilisateurs, comme les commentaires ou les publications de forum.

L’attribut historique devient également un “indice” et la définition qui en est faite par Google est désormais la suivante :

  • nofollow : utilisez cet “attribut” “dans les cas où vous souhaitez présenter un lien vers une page, sans impliquer aucun type d’approbation de celui-ci, y compris de participer à son positionnement”

Il est possible d’utiliser une seule de ces valeurs à la fois – ou de les combiner au sein d’un même attribut rel. Exemples :

  • rel=”sponsored nofollow” et rel=”nofollow ugc” : permet de continuer d’être compatible avec les services qui ne prennent pas en compte “ugc” et “sponsored”,
  • rel=”sponsored ugc” : pour un lien présent au sein d’un contenu généré par un utilisateur qui serait sponsorisé.

Compléments

Parallèlement à l’annonce sur le Blog officiel de Google, les responsables de Google ont communiqué sur Twitter des informations complémentaires / précisions, on pourra ainsi noter que :

  • “Il n’existe pas de meta robots ugc et sponsored, rien ne se produira si vous ajoutez cela” – Gary Illyes (responsable Google)
    • ndlr: la valeur noindex, reste quant à elle une “directive”
  • “La balise meta robots nofollow est désormais un “indice”, tout comme le rel-nofollow” – Gary Illyes (responsable Google)

L’avis du spécialiste

La communication de Google a toujours été méticuleuse et il est toujours intéressant de se pencher en détail sur ces déclarations pour “lire entre les lignes”.

La valeur “ugc” se démarque

On notera la différence faite sur la valeur “ugc”, qui est “recommandée”, là où les autres valeurs sont indiquées comme étant à “utiliser” de façon “impérative”. Google a également précisé que cette attribut pourrait ne pas figurer sur les “liens postés par des membres ou des utilisateurs qui ont régulièrement apportés des contribution de grande qualité“.

L’identification de l’UGC, permettra peut-être à Google de combler les lacunes de ses algorithmes en ce qui concerne l’évaluation des liens qui ne sont pas placés par l’éditeur. Suite à certaines mises à jour, de nombreux systèmes de commentaires sont passés en nofollow, mais il reste encore de nombreuses sources d’UGC non identifiées en tant que telles. On citera par exemple les commentaires sur certains CMS (avec liens en follow), les forums, les fiches membres de certains sites, etc. Là où le sponsored “précise” (seulement) la balise nofollow, la valeur “ugc” peut (si elle se démocratise) vraiment changer la perception qu’a Google de certains sites et donc l’importance des liens et l’équilibre global du maillage mondial.

Quel sera l’impact de ces changements ?

A noter également, le passage d’une directive à un indice laisse fortement à penser qu’il y a des enjeux liés au machine learning et à l’intelligence artificielle. Une nouvelle fois, les éditeurs deviennent la force ouvrière de Google pour combler les lacunes de son système en qualifiant la donnée.

Cette modification ne se limite pas au “positionnement” des sites. Comme spécifié par Google : “Links contain valuable information that can help us improve search, such as how the words within links describe content they point at” ; de nombreuses informations pourront être tirées de ces nouvelles implémentations…

Nous pouvons relativiser sur l’impact de cette modification pour les éditeurs. En effet, le dilemme de certains éditeurs entre les obligations contractuelles  (ce qui a été vendu) et la possible sanction de Google en cas de non-respect de ses consignes n’est pas fondamentalement modifié par ces nouvelles valeurs. Puisque par définition ce qui entre dans le cadre du “sponsored”, entrait déjà dans le cadre du “nofollow”. On peut percevoir cette évolution comme une “piqûre de rappel” pour certains, comme la possibilité pour Google d’informer les “nouveaux arrivants” et ceux qui, jusqu’à maintenant, ne se sentaient pas concernés par le “nofollow”. Depuis, l’annonce du mouvement se fait sentir de part et d’autre. L’adoption de ces “indices” sera-t-elle suffisante pour changer la donne ? L’avenir le dira.

On pourra également supposer que Google n’attend peut-être pas l’adoption “générale” de ces modifications et qu’il pourrait élargir la portée d’un nombre “limité” d’implémentations sur une part plus grande de l’index grâce au machine learning évoqué plus haut dans cet article…

Source : https://webmasters.googleblog.com/2019/09/evolving-nofollow-new-ways-to-identify.html


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X