SEO 2018 : Les tendances à surveiller

Après une année 2017 plutôt focalisé sur le HTTPS et la recherche locale, il est temps d’anticiper les tendances SEO 2018 pour séduire Google en gardant toujours un temps d’avance. Voici les tendances principales qui, selon l’équipe Digimood, feront probablement des critères déterminants pour atteindre la première page de Google et se démarquer de ses concurrents !

SEO et technique

Le mobile-first

Julien Ringard, Directeur associé SEO

Nous avons plus d’une tendance à anticiper, mais nous devons en priorité nous attendre à un gros changement dans l’algorithme Google en passant dans l’ère du mobile-first.

La priorité pour tous les sites sera d’avoir une version identique entre mobile et desktop pour éviter de perdre des positions, sachant qu’il y aura de gros risques de pénalité pour les versions différentes entre mobile et desktop.

Il faudra penser, par exemple, à vérifier que le contenu et le maillage interne d’un site soient bien identiques entre desktop et mobile. Le linking et la configuration technique devront également être adaptés, bien que les perspectives soient actuellement floues quant à la position à adopter.

Concernant le linking, nous ne savons pas par exemple quel sera l’impact pour les liens entrants si nous avons un sous-domaine pour le mobile au lieu d’un site responsive sur le même sous-domaine.  Concernant le technique, à ce jour, la version mobile doit être la « canonical »  de la version desktop. Avec la version mobile-first, les guidelines Google sont cependant susceptibles d’évoluer et nous arriveront peut-être à la règle inverse.

En ce qui me concerne, j’aurais tendance à préconiser la version responsive pour conserver une cohérence entre mobile et desktop et éviter au maximum les erreurs entre les deux versions. Je conseillerais également de passer chaque Template de page sur Search Console pour vérifier l’affichage sur desktop et mobile.

Le crawler utilisé par Google pour le mobile-first reste Googlebot. Voici l’user agent :

— Mozilla/5.0 (Linux ; Android 6.0.1 ; Nexus 5X Build/MMB29P) AppleWebKit/537.36 (KHTML, comme Gecko) Chrome/41.0.2272.96 Mobile Safari/537.36 (compatible ; Googlebot/2.1 ; +http://www.google.com/bot.html)  —

Vous pouvez également surveiller le passage à l’index mobile-first via les logs. Cet article d’un confrère donne une petite astuce en la matière.

Pour résumer l’impact du mobile-first, a priori, vous n’avez rien à changer si votre version mobile est rigoureusement identique à la version desktop, mais dans la réalité, il y aura surement quelques petits ajustements à effectuer.


La performance web

Guillaume Robbe, Responsable technique SEO

2017 a été clairement marquée par le déploiement accru du certificat SSL sur les sites afin qu’ils soient accessibles sous le protocole HTTPS.

Fin 2016, Google mettait la pression sur les sites non-sécurisés en https. Dès lors, en 2017 nous avons assisté à la course au déploiement du certificat SSL afin que les sites soient accessibles sous le protocole HTTPS plutôt que HTTP. Force est donc de constater que ce sont encore et toujours les annonces de Google qui créées les tendances SEO à venir.

Sur la base de ce postulat, pour ma part, je suis convaincu qu’en 2018, la priorité sera donnée aux performances web des sites, notamment sur mobile.

En effet, plusieurs des dernières évolutions de Google démontrent sa volonté de répondre de plus en plus rapidement aux questions que se posent les internautes :

  • Le déploiement d’AMP: Avec AMP, la volonté de Google est/était de proposer aux internautes des pages s’affichant le plus rapidement possible.
  • L’arrivée de la « position zéro » et des « People Also Ask »: Volonté de répondre quasi instantanément à la question de l’internaute en anticipant les réponses et en les affichant directement dans la SERP
  • L’annonce de déploiement en cours pour son index « Mobile-first », donc la nécessité de proposer des pages qui se chargent rapidement sur smartphone. La rapidité de chargement mobile a d’ailleurs officiellement été annoncée comme un critère déterminant à partir de juillet 2018.

La sortie d’outils simplifiés permettant aux personnes non-techniques (comme les responsables marketing, notamment) de tester en deux clics la rapidité de chargement de leurs sites via une connexion 3G.


SEO et contenu

La visibilité sur SERP

Benjamin Thiers, Responsable Content Marketing

2018 sera marquée pour moi par une bataille accrue autour de la visibilité en première page.

Le Top 10 devient souvent insuffisant, certaines SERPs affichant moins de résultats en première page en fonction des requêtes. Par exemple, les requêtes e-commerce affichent souvent 9 résultats ou moins.

La question de l’espace occupé devient de plus en plus préoccupante. Si les résultats naturels sont concurrencés depuis longtemps par la publicité Adwords, Google Shopping ou encore la recherche universelle, le développement de la position 0, l’allongement de l’extrait affiché avec la fin de la barrière des 160 / 165 caractères, la présence des rich snippets, l’affichage différentiel des résultats selon les expressions et le support (mobile / desktop) pourront à l’avenir réduire encore la visibilité de votre site à positions égales.

La structure des contenus, pour une position Zéro

David Steiner, consultant SEO

En 2017, Google a incité le monde du web à assurer une expérience mobile agréable et sécurisée. De nombreux sites ont ainsi migré en https et beaucoup ont fait un effort sur leur version mobile ou en responsive design. En 2018, je m’attends à ce que la structure des contenus soit, avec la vitesse de chargement, un des facteurs les plus déterminants.

La structure des contenus qui permettra de favoriser l’apparition dans les positions Zéro. Il est clair que ces positions Zéro seront exploitées tôt ou tard par les assistants vocaux. Un contenu parfaitement structuré pourra alors être lu à voix haute par l’assistant qui saura piocher les éléments de réponse dans un long contenu pour les synthétiser et répondre à l’internaute en quelques points.

Cela ne sera pas vrai pour tout mais c’est parfaitement envisageable lorsque l’on cherche une recette de cuisine : l’assistant vocal guidera le cuisinier en lui détaillant chaque étape et en s’assurant que tout est bien fait par un jeu de questions/réponses : « OK Google, j’ai versé la farine », « avez-vous cassé les œufs ? » (OUI on passe à l’étape suivante/NON on attend encore un peu…), l’intégralité des étapes sera alors récupérée d’un contenu bien structuré d’un des sites de recettes de cuisine référent.


Netlinking

Des backlinks de qualité pour faire la différence

Diana Autran, Chef de projets SEO

En 2018, les backlinks restent un passage incontournable pour améliorer le positionnement d’un site sur les SERP. Afin de créer un profil de lien naturel, authentique et légitime, il est bon de penser à varier la typologie des liens et leur contexte.

Nos stratégies de netlinking ont pour dénominateur commun le qualitatif et le naturel. On recommande ainsi à nos clients que leur partenariats offline soient visibles en ligne. Une façon d’obtenir des liens sur des e-commerces autoritaires, des sites d’institutionnels, des sites d’acteurs locaux… Nous imaginons aussi de nouveaux partenariats à forte valeur ajoutée, apporteurs de business et qui inscrivent les sites web sur lesquels nous travaillons dans leurs écosystèmes. Ces partenariats, en plus d’être parfaitement naturels, sont aussi un bon moyen de toucher la cible de nos clients. Créer des relations et des passerelles entre des acteurs qui n’avaient jamais échangé auparavant pour créer du lien. Netlinking et networking riment si bien ensemble !